Le XVII ème siècle


Le XVIII ème siècle marque à la fois l'apogée et la décadence de la Chiromancie traditionnelle. Les Romanichels avaient brusquement surgi, sans que l'on sache trop d'ou ils venaient. Ils avaient essaimés en Europe ou ils encourraient l'opprobe générale. Tout ce que la Chiromancie doit aux Romanichels c'est de l'avoir fait dégénérer et d'avoir faillit causer sa ruine en la pratiquant sans conscience.

Plusieurs ouvrages ont été publiés pour essayer de redonner du crédit à la Chiromancie. Fabian Withers publie une traduction de Introductiones apotelesmaticae de Indagine, Thomas Hyll plusieurs ouvrages, et surtout Jean Praetoruis, professeur de philosophie à Liepzig (ou il enseigne également la Chiromancie) qui publie Ludicrum Chiromanticum, (1661) une compilation de 70 ecrits de Goclénius, Pompée, Fludd, Hoeping, Ingeber, ...)

Richard Saunders

Il publie Physiognomonie and Chiromancie, metoposcopie (1653) qui joue un rôle important dans le developpement de la nouvelle Chirologie. Bien que peu important sur le fond cet ouvrage ouvre l'ère de la difusion de l'art Chiromancique à travers le premier média de l'époque.

John Bulwer

Surnomé le Chirosophe, il vivait à Londres. Médecin il fut le premier Anglais à utiliser la main comme moyen de communiquer avec les sourds. Ses recherches en Chirologie sont intéressantes quand à la signification de la posture et du mouvement des mains.

Robert Fludd

Médecin anglais, disciple de Paracelse, étudia la Chiromancie et la physiognomonie. il publia en 1619 : Utriusque cosmi historia, qui comporte une petite partie relative à la Chiromancie.

Marin Cureau de la Chambre

Un des plus célèbre Chiromanciens du XVII ème, né au Mans (1594 -1669), medecin et confident du roi. Richelieu en fit l'un des premiers membres de l'académie Française. Son ouvrage : L'art de connaître les hommes (1653) n'apporte cependant rien de nouveau.

Jean Bellot

Il fit des études de théologie et devint prêtre. Passionné de sciences occultes il essaya de revaloriser l'Astrologie. Les Instructions pour apprendre la science de la Chiromancie et Physiognomonie (1647) tentent de rapprocher les symbôles usuels de la Chiromancie avec ceux de l'Astrologie. C'est sans doutes le premier ouvrage de vulgarisation sur le sujet.

Ronphile

Rampale a traduit du latin La Chiromancie Naturelle de Ronphile (1653)

"..car ce seroit une chose bien ridicule de promettre les plus hautes dignitez a un paysan, quoy qu'il eust des lignes qui indiquent les suprêmes honneurs, comme aussi de prédire des victoires à un religieux, .."

Adrien Sicler

On ne sait rien de cet auteur, si ce n'est qu'il publia : La Chiromancie Royale, dans lequel l'aspiration à une Chiromancie modernisée s'oppose à sa culture traditionnelle.

 

Vers la fin du XVII ème, un esprit nouveau anime le désir de savoir. On critique vivement l'obscurantisme et le mysticisme devient suspect. La Chiromancie ne sût pas s'adapter à ce nouvel etat d'esprit et fût relégué au rang de charlatanisme.

Bibliographie

Ludwig Heindrich Lutz : Chiromancie Médicale, Cheirosophia concentrata (1672)

Jean Praetorius : Ludicrum chiromanticum (1661)

Nicolas Pompée : Praecepta chirosophiae (1682)

Robert Fludd : Utriusque cosmi historia (1952)

Hoeping : Chiromancia harmonica (1681)

Ingeber : Chiromantia (1698)

Richard Saunders : Physiognomonie and chiromancie, metoposcopie (1653), Palmistry : The secrets thereof disclosed (1664)

Jean Bellot : Les oeuvres (1647)

Jean taisnier : Opus mathematicum (1562)

Martin Cureau de la Chambre : L'art de connaître les hommes (1653)

Adrien Sicler : La chiromancie royale